Bienvenue sur notre site Internet - L'Union des Associations l'Outil en Main
Nos partenaires    |    Faire un don    |    Adhérez à L'Outil en Main    |    Congrès des 25 ans
Partager sur :

Votez pour nous !  


  
L'Outil en Main
sur les réseaux sociaux

Permanence téléphonique
Tous les après-midi
du lundi au jeudi de 14h à 17h

03 25 73 74 83


LES TÉMOIGNAGES

Les jeunes parlent de L'Outil en Main



L'Outil en Main du Pays de Périers
en Normandie

Nos associations

Découvrez les associations de L'Outil en Main en région.

Nos partenaires



La parole aux bénévoles ! L'art de bâtir à Bollène (84)

Trois questions à Jean Marc Barreau !

Président et maçon à L’Outil en Main de Bollène (84) 

 

Quel métier faites-vous découvrir aux jeunes de L’Outil en Main ?  

Je suis maçon depuis 14 ans donc depuis mon apprentissage, aujourd'hui j'ai 68 ans je suis à la retraite et j'ai toujours eu une truelle en main. J’ai été artisan pendant 35 ans, auparavant j’ai fait un tour de France avec l'association ouvrière des compagnons du devoir à laquelle j’appartiens.  

Le métier de maçon c'est un métier où il va falloir bâtir de la pierre, de la brique, c’est un métier très diversifié. Le maçon part de l'artisanat et il peut aboutir au gros chantier ou à la grosse entreprise, devenir un ouvrier autrement qualifié, un artisan, chef de chantier ou bien chef d'équipe. Il y a vraiment des possibilités de vie, des possibilités de s'accomplir à travers son métier. Aujourd'hui il y a des maçons partout, quand on regarde l’architecture, c’est un métier qui a une histoire importante et des racines bien profondes.  

Les jeunes quand on les met en contact avec le métier de maçon, la première des choses que je leur montre, c'est le bâtisseur. Si on prend l'exemple d'un exercice : ça peut être collectif ou individuel, on va le mettre en face d'un exercice qui est très simple, bâtir une tête de mur. Et dans tous les métiers il y a beaucoup de géométrie, ça leur permet d'utiliser une équerre, le compas, le mètre, le crayon, dessiner un cercle, un carré, et ça c'est intéressant pour eux parce que ça les ouvre vers la compréhension du monde dans lequel on vit. Autour de nous il y a des éléments naturels et le maçon c'est quoi ? C’est monter un mur d'aplomb, de fil à plomb, c'est la loi de l'apesanteur. Pour le niveau c'est pareil, on demande aux jeunes mais comment fais-tu pour repérer un niveau dans la nature, alors on lui enseigne, c'est une équerre coupée à 45° avec du fil à plomb, et quand on est à la verticale ça donne le niveau.  

Ils découvrent les outils, comme les truelles du maçon. Quand on bâtit on a des truelles avec un fer très épais parce que le mortier est plus lourd donc il n’y a pas qu'une truelle. Aujourd’hui, on a un peu dévalorisé les métiers manuels parce que on a un peu oublié tout ça, et là on est dans le traditionnel, l'art de bâtir. On débute avec un travail individuel pour maitriser la maçonnerie : c’est à dire bâtir un angle de mur avec des briques, avec des pierres, travailler avec un fil d'aplomb, un niveau, le mortier, et on peut après développer le travail collectif, parce que le métier de maçon c'est aussi un travail d'équipe. C'est une ouverture d'esprit, on essaye d'amener la culture de tout cela et on à leur raconte également l'histoire des outils. 

 

 

Depuis combien de temps êtes-vous engagé à L’Outil en Main ?  

L’Outil en Main, c’est une association que je connais depuis les années 80, je l’ai découverte en 1977 lorsque je suis passé dans la ville de Troyes lors de mon Tour de France avec les compagnons du devoir. L’association de L’Outil en Main de Bollène a été créée en 2001, je trouvais le concept vraiment intéressant, pour l’avenir de nos métiers, pour susciter des vocations. Un artisan forme des apprentis mais on est apprenti qu’à partir de l’âge de 16 ans tandis que L’Outil en Main commence dès l’âge de 9 ans. Il n’est pas évident de choisir un métier à l’âge de 16 ans et l’accès aux métiers est assez difficile parce que les entreprises sont dans des ateliers dans des zones artisanales, ils n’ont plus la visibilité que nous on a eu la chance d’avoir quand on était jeune, on avait accès à tous les métiers, il suffisait de traverser le village pour voir le menuiser travailler, aujourd’hui ça me parait plus difficile. Cette initiation aux métiers manuels permet donc de susciter des vocations. Donc de là, moi en tant qu'homme de métier ça me parait essentiel d'agir sur tous les plans et c'est pour ça que je me suis engagé à L’Outil en Main.  

Par ailleurs, notre objectif, à l’Outil en Main de Bollène, ce serait d'avoir dans un même lieu : nos ateliers et une exposition de vieux outils. On a l'exemple de la Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière à Troyes. Il serait également intéressant d'avoir accès à une bibliothèque, à des livres et aussi de pouvoir accéder à des cahiers où on parle de géométrie, de l'art de bâtir. Eventuellement, on peut s'identifier aux bâtisseurs des cathédrales, des églises romanes, des guides de l'architecture en général, on échange, il y a une évolution dans tout cela, le maçon on le retrouve partout. Aujourd’hui, dans l'architecture contemporaine, on a toutes ces ouvertures qui plus tard feront qu'un jeune aura côtoyé un maçon, un tailleur de pierre, de vrais hommes de métier. 

  

 

Pourquoi êtes-vous engagé à L’Outil en Main auprès des jeunes, qu’est-ce que cela vous apporte ? 

L'homme de métier, tel qu'on le pratique, même avec des apprentis, ce n’est pas la même approche parce que là on est à la retraite, on n’a pas le stress des objectifs à atteindre, c'est une autre façon d'aborder le métier avec des jeunes. Je dirais également que les ateliers qu'on pratique et les exercices que l’on offre aux jeunes nous permettent de dépasser le métier : on fait découvrir à travers cette expérience qu'on a acquise le côté un peu artistique de celui-ci. L'homme de métier a dépassé un stade et il exerce son art. A L’Outil en Main on y partage sa passion, sa connaissance, la culture du métier, et réaliser des objets à partir de là c’est l'aboutissement d'un savoir-faire et la découverte d’un métier manuel avec des outils en main et de la matière. Le jeune va s'épanouir et trouvera peut-être sa voie, parce qu’à partir de la matière que ce soit la pierre, le bois, le fer ou la farine, il y a bien un matériau qui va lui parler plus qu'un autre et peut être que ce sera plus facile pour lui de choisir son métier, pour moi, tout ça c'est positif.  

 

En savoir plus sur l'Outil en Main de Bollène. 

Plan du site - Mentions légales - ©2013-2015 L'Outil en Main - Tous droits réservés
Conception, réalisation et hébergement : EDI-LOG
Accès sécurisé